26 Mars 2007
 
Nouvelles du Monde des Médias:
Irak : Hécatombe parmi les journalistes

Quatre ans après l'invasion de l'Irak par les forces américaines, les assassinats de journalistes irakiens atteignent un chiffre record. Selon le Comité de Protection des Journalistes (CPJ), un total de 97 reporters ont trouvé la mort dans l'exercice de leurs fonctions depuis le déclenchement des hostilités, le 20 mars 2003. Ce chiffre propulse cette guerre en tête des conflits les plus meurtriers pour les professionnels des médias au cours des 25 dernières années. Le conflit algérien des années 1990, qui coûta la vie à 58 journalistes, arrive au second rang.
La province de Bagdad s'avère la région la plus risquée pour la presse : 56 journalistes et 27 collaborateurs y ont trouvé la mort. Selon CPJ, 14 journalistes sont décédés en Irak en 2003, 24 en 2004, 23 en 2005 et 32 en 2006. Ce dernier chiffre correspond au plus lourd tribut jamais déploré par le CPJ dans un seul et même pays. Durant la première année, la plupart des pertes se comptait parmi les journalistes étrangers mais le conflit ayant au fil du temps mué en guerre civile, la majorité des victimes sont à présent des journalistes du cru. Selon le CPJ, les Irakiens travaillant pour la bourgeonnante presse locale représentent plus de 80 % des décès enregistrés depuis 2003 parmi les professionnels des medias. D'ailleurs les quatre journalistes tués en 2007 sont irakiens, tout comme la totalité des victimes de 2006, à deux exceptions près. En outre, l'assassinat semble être la cause principale des décès recensés parmi les professionnels des médias. Selon le CPJ, 70 % des journalistes tués furent la cible d'un assassinat.
Outre les Irakiens, des journalistes de 16 pays (Algérie, Australie, Argentine, France, Allemagne, Iran, Italie, Japon, Liban, Palestine, Pologne, Espagne, Ukraine, GB et USA) ont perdu la vie en Irak.
Les forces armées américaines sont responsables de 16 décès (14 journalistes et 2 collaborateurs).
Les statistiques des organisations qui tiennent un décompte des journalistes tués diffèrent. L'Association Mondiale des Journaux déplore 100 décès. Les chiffres du CPJ (97) sont inférieurs. L'INSI (Institut pour la sécurité de la presse internationale) regrette la perte de 187 journalistes et collaborateurs depuis le déclenchement des hostilités. Reporters sans frontières (RSF) annonce 153 décès.
Les informations portant sur les décès survenus en Irak sont disponibles sur le site de l'Association Mondiale des Journaux http://www.wanpress.org/rubrique.php3?id_rubrique=1 ou de l'INSI : http://www.newssafety.com/casualties/iraq.htm ou d'autres organisations telles que le Comité de Protection des Journalistes : http://www.cpj.org, la Fédération internationale des journalistes : http://www.ifj.org, Reporters sans frontières : http://www.rsf.org ou encore l'Institut international de la presse: http://www.freemedia.at/cms/ipi/