Newsletter Nº 30 30 Juin 2006
 
Liberté de la Presse:
Dernières nouvelles sur la liberté de la presse dans la région

En Égypte, certains journalistes ont été attaqués et inculpés pour diffamation tandis que d'autres ont vu leur détention prolongée. Tous ces développements sont liés aux accusations de fraude à propos des élections parlementaires de l’an dernier.

Wael al-Ibrashi et Houda Abu Bakr, tous deux reporters pour l’hebdomadaire indépendant Sawt Al Umma, et Abdel Hakim Abdel Hamid, rédacteur en chef de l’hebdomadaire Afaq Arabiya, affilié aux Frères musulmans, ont été inculpé le 24 mai de diffamation criminelle. Ils étaient poursuivis par un juge chargé de la commission électorale de la région Dakhaliya à la suite de la publication d’articles impliquant la collusion de certains juges dans les élections de décembre 2005.

Le 25 mai, plusieurs journalistes auraient été harcelés par des agents de sécurité tandis qu’ils couvraient les manifestations de soutien envers deux juges qui ont également dénoncé les fraudes électorales et ont été traduits devant un comité disciplinaire. Deux journalistes de la BBC et un reporter du journal Sawt Al Umma ont été arrêtés alors qu’ils se déplaçaient en voiture, leurs attaquants ont essayé de les faire sortir du véhicule. Les agresseurs sont parvenus à faire sortir Karim Al Shair, un militant politique qui voyageait avec les journalistes, et l’ont battu avant de l’amener à un poste de police. Un journaliste du Los Angeles Times a été aspergé avec sprays au poivre alors qu’il essayait de couvrir la manifestation.

Les 23 et 21 mai, cinq journalistes ont vu leur détention prolongée de quinze jours supplémentaires. Ils ont été arrêtés entre le 27 avril et le 11 mai alors qu’ils couvraient les premières manifestations de soutien aux juges.

En Irak, Jaafar Ali, journaliste de télé, a été abattu le 31 mai alors qu’il sortait de chez lui, à Bagdad. C’est le onzième journaliste de la chaîne de télévision Al Iraquiya abattu depuis le début de la guerre en 2003. Al Iraquiya appartient au Réseau médias irakien, aux mains de l’État.

Toujours en Irak, le 29 mai, un caméraman britannique de CBS, Paul Douglas, et un preneur de son, James Brolan, sont morts dans l’attaque lancée par une unité de l’armée américaine dans laquelle ils étaient embarqués. Le troisième membre de l’équipe, la journaliste Kimberly Dozier, a été grièvement blessée.

Toujours en Irak, Ali Mashhadani, un caméraman travaillant pour Reuters, aurait été arrêté par les forces américaines pour la deuxième fois, puis relâché douze jours plus tard. M. Mashhadani, qui aurait été retenu sans aucune charge d’août 2005 à janvier 2006, a été arrêté sur la base américaine de Ramadi alors qu’il y récupérait des téléphones portables confisqués le 20 mai. Aucune accusation n’a été déposée à son encontre. Il a été relâché le 2 juin après avoir été maintenu au secret pendant dix jours.

En Israël, le journaliste palestinien Awad Rajoub a été relâché le 24 mai. Il a été arrêté le 30 novembre 2005 près de la ville palestinienne d’Hébron et accusé de « menacer la sécurité nationale ». Un tribunal israélien a libéré le correspondant d’Al Jazeera faute de preuve.

En Jordanie, les rédacteurs en chef des hebdomadaires Sihan et Al Mehwar ont été condamnés le 30 mai pour « avoir offensé les sentiments religieux » suite à la publication en février des caricatures danoises mettant en scène le prophète Mahomet. Ils ont été condamnés à deux mois de prison. Jihad Al Momeni, rédacteur en chef de Shihan, et Hisham Al Khalidi, rédacteur en chef d’Al Mehwar, avaient déjà passé un mois en prison quand ils ont été arrêtés en février. Les rédacteurs en chef, qui ont fait appel de cette condamnation, ont été libérés dans l’attente du verdict d’appel.

Dans les Territoires palestiniens, les locaux de la Télévision nationale palestinienne de Khan Younes (Bande de Gaza) ont été attaqués par un groupe d’hommes armés le 5 juin. La chaîne, qui est sous le contrôle du président Mahmoud Abbas, a été attaquée par au moins 50 hommes qui appartiendraient tous aux Hamas. Le Hamas a accusé la chaîne d’avoir une attitude partisane favorable au Fatah, le groupe politique auquel appartient M. Abbas. Les attaquants ont frappé le personnel de la chaîne et déchargé leurs armes dans le matériel et en direction du personnel qui s’est vu obligé de quitter le bâtiment selon certains rapports.

Sources des alertes :
Arab Press Freedom Watch (AFPW), Londres
Comité de protection des journalistes (CPJ), New York
Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), Bruxelles, Belgique
Échange international de la liberté d’Expression (IFEX), Canada
International Press Institute (IPI), Vienne, Autriche
Reporters Sans Frontières (RSF), France