03 Juin 2007
 
Liberté de la Presse:
Dernières nouvelles sur la liberté de la presse dans la région

Au Maroc, l'accès à Youtube, site de partage de vidéos, a été bloqué par le prestataire de services Internet Maroc Telecom du 25 au 30 mai 2007. Les clients des fournisseurs privés Wana et Méditel pouvaient, eux, s'y connecter. Un porte-parole de Maroc Telecom a évoqué un « problème technique » mais des vidéos parodiant la monarchie ou montrant des manifestants sahraouis pourraient être la cause de cette restriction.

Au Liban, les journalistes ne peuvent plus depuis le 21 mai 2007 entrer dans le camp de réfugiés palestiniens de Nahr el-Bared dans le nord du Liban pendant les affrontements entre les militants islamistes et l'armée libanaise. L'armée libanaise n'a pas officiellement interdit l'accès au camp mais des officiels ont expliqué aux journalistes que cette restriction était imposée pour des raisons sécuritaires.

En Algérie, Omar Belhouchet et Chawki Amari, respectivement rédacteur en chef et journaliste au quotidien El Watan ont été condamnés à deux mois de prison et à une amende d'un million de dinars (approx. 10 635 euros) le 27 mai 2007. Suite à la parution d'un article accusant le préfet de Jijel de corruption, ce dernier leur a intenté un procès pour diffamation.

Toujours en Algérie, Jamal Belkadi, le correspondant d'Al Watan à Constantine, a été brutalisé par les forces de sécurité alors qu'il prenait des photos sur les lieux d'un attentat le 16 mai 2007. Il a été convoqué dans les locaux de la préfecture où il s'est vu notifier l'ouverture d'une information judiciaire. Poursuivi pour avoir "franchi le périmètre de sécurité", Jamal Belkadi devrait comparaître prochainement devant un juge. D'autres journalistes présents sur les lieux de l'attentat n'ont pas été inquiétés.

Toujours en Algérie, Arezki Ait-Larbi, le correspondant des quotidiens français Le Figaro et Ouest-France, a finalement été acquitté le 30 mai 2007. Dix ans plus tôt, Abdelkader Sallat, ex-Directeur des Prisons, lui avait intenté un procès en diffamation. Jugé une première fois par contumace et à son insu il y a dix ans, le journaliste a eu droit, le 23 mai, à une nouvelle audience.

Dans les Territoires Palestiniens, Suleiman Abdul Rahim al-Ashi, rédacteur en chef du quotidien pro-Hamas Palestine, et son collègue Mohammad Matar Abdo ont été roués de coups avant d'être tués le 13 mai 2007 à Gaza. Al Ashi est décédé sur le champ tandis que Matar Abdo a trouvé la mort le lendemain.

En Mauritanie, Abdel Fettah Ould Ebeidna, le directeur du quotidien arabophone Al-Aqsa, qui a été jeté en prison le 24 mai 2007 a été libéré quatre jours plus tard. Il a été emprisonné suite à la publication d'un article dénonçant un important trafic de cocaïne impliquant des personnalités connues.

Source des alertes :
Reporters Sans Frontières (RSF), Paris
Comité de Protection des Journalistes (CPJ), New-York
Comité des Ecrivains en Prison, Londres