26 Mai 2007
 
Liberté de la Presse:
Dernières nouvelles sur la liberté de la presse dans la région

Cette semaine des violations de la liberté de la presse ont été recensées à Djibouti, en Irak, au Soudan et dans les Territoires Palestiniens.

Dans les Territoires Palestiniens, l'armée israélienne a perquisitionné cinq stations de radio et de télévision palestiniennes à Naplouse le 21 mai 2007. Certaines chaînes ont cessé d'émettre après la confiscation d'une partie de leur équipement.

Toujours dans les Territoires Palestiniens, Abdelsalam Moussa Abou Askar, journaliste palestinien de la chaîne de télévision satellitaire Abu Dhabi TV, a été libéré quelques heures après son enlèvement dans la bande de Gaza. Selon ses collègues, des membres de la Force exécutive, du Hamas, seraient impliqués dans ce kidnapping.

En Irak, Ali Khalil, du quotidien al-Zaman, a été enlevé puis retrouvé mort à Bagdad, le 20 mai 2007. Il aurait été pris pour cible après avoir publié un article où il citait des parlementaires appelant les autorités à éliminer physiquement les membres de ces groupes.

Toujours en Irak, Salam Duhi al-Sudani, qui collaborait avec le quotidien al-Zaoura, qui a cessé de paraître suite à des problèmes financiers, a disparu le 9 mai 2007 dans le sud de Bagdad.

Toujours en Irak, deux journalistes d'ABC News, Alaa Uldeen Aziz et Saif Laith Yousuf, ont été tués par des hommes armés non identifiés à Bagdad le 17 mai 2007.

Au Soudan, le quotidien arabophone al-Sudani a été suspendu pour avoir publié un éditorial accusant le ministre de la Justice "d'avoir menti dans une affaire de blanchiment d'argent". Son directeur de publication et son rédacteur en chef, Mahgoub Erwa et Osman Mirghani, incarcérés depuis le 17 mai 2007, ont été relâchés respectivement le 19 et le 20 mai.

A Djibouti, Houssein Ahmed Farah, collaborateur de l'hebdomadaire d'opposition Le Renouveau a été détenu suite aux accusations selon lesquelles il serait l'auteur d'un article intitule "L'axe Ismaël Omar Guelleh - Dubaï au coeur d'un scandale sexuel". Le juge a estimé que le dossier ne contenait pas de preuves suffisantes permettant d'établir qu'Houssein Ahmed Farah aurait signé cet article. Il a été relaxé le 13 mai 2007. Dans les heures qui ont suivi sa libération, les locaux du Renouveau ont été perquisitionnés par la brigade des affaires spéciales et criminelles. Ces locaux abritaient le matériel d'impression récemment acquis par le journal.

Sources des alertes:
Reporters Sans Frontières (RSF), Paris
Comité de Protection des Journalistes (CPJ), New York